La (vraie) stéréophonie.

Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. CONFUCIUS.

La stéréophonie est une technique permettant d'enregistrer puis restituer les sons suivant trois dimensions à partir de deux haut-parleurs. (deux microphones, deux haut-parleurs, deux oreilles, deux épaules qui ont leur importance...)

Souvent la stéréophonie est confondue avec le fait qu'il y ait deux canaux.

Pas-à-pas : Avec un seul haut parleur, on peut reproduire toute sorte de sons, mais la direction sonore est figée. On ne peut coder que la distance à la source. On parle de monophonie.

L'enregistrement monophonique envoyé sur deux haut-parleurs reste monophonique.

En envoyant un son monophonique plus ou moins sur le haut-parleur de gauche ou de droite, on obtient la monophonie dirigée (terme utilisé en psychoacoustique pour décrire le phénomène).

Avec un bon système sur deux canaux indépendants, non corrélés par une fréquence d'échantillonnage, tels les supports analogiques (systèmes continus : bandes magnétiques, disques vinyles), il devient possible de coder les trois dimensions :

-L'illusion d'horizontalité sera codée avec des différences d'amplitudes mais surtout des différences de phases à partir de quelques nano-secondes (qui correspondrait à une fréquence d'échantillonnage supérieure au mégahertz, non atteinte en audio-numérique à ce jour.) Permettant à souhait de coder une stéréo élargie (semblant provenir au delà des haut-parleurs.

-L'illusion de profondeur sera codée par les différences de spectres entre les sons éloignés, les sons rapprochés (les hautes fréquences et les basses fréquences n'ayant pas la même célérité, un déphasage dans le spectre se produit suivant la distance de la sources, sans oublier la différence d'amplitude, ni oublier les effets doppler pour les sources qui se déplacent.

-L'illusion de verticalité du son est une notion pure de psychoacoustique utilisée autrefois avec les seuls supports qui permettent à ce jour de coder la (vraie) stéréophonie. Elle a consisté à comprendre notre capacité à évaluer la verticalité d'un son les yeux fermés. Celle-ci plus complexe consiste inconsciemment à évaluer la différence de phase entre le son direct qui arrive aux oreilles avec le son atténué, réfléchi par les épaules, donc déphasé. Puis se fait naturellement inconsciemment. On utilisait des bustes artificiels pour la prise de son stéréophonique.

De nos jours, l'audio-numérique médiocre que nous connaissons (faibles fréquences d'échantillonnage quelques Hertz à 96 kHz), ne permet pas de coder les ultra-faibles déphasages, les techniques citées ne servent plus beaucoup, seule la monophonie dirigée est souvent employée avec les disques compacts (44100 Hz, ~22646 ns pour la plus petite différence de phase entre les deux canaux), et les systèmes multidiffusions (2.0) qui sont souvent réalisés à 96kHz ~10417 ns pour la plus petite différence de phase entre les deux canaux.

Des essais à 192 kHz en 24 bits semblent commencer à pouvoir coder partiellement la verticalité des sons, ~5208 ns pour la plus petite différence de phase entre les deux canaux.

L'audio-numérique de qualité stéréophonique nécessitera surement un meilleur échantillonnage (sachant que le bit de signe ne doit pas compter dans l'amplitude relative : le CDDA codé en 16 bits, 1 bit de signe, 15 bits d'amplitude relative, environs 90 dB dans le meilleurs des cas. Certains commerçants trichent sans hésiter à afficher 96 dB...). Des fréquences d'au moins 384 kHz sont attendues pour continuer l'expérience.

Comme a dit Jean-Michel JARRE, le CD c'est le 78 tours du numérique.

Contrairement aux idées reçues, les disques vinyles (même s'ils n'ont qu'une dynamique approchant 60 dB) ont une bien meilleure qualité sonore que les disques compacts (CD qui ont perdu la qualité sonore au bénéfice de la qualité mécanique), toutefois les disques vinyles ne sont pas à laisser à la portée des (petits) enfants qui les saliront, les rayeront, ou n'en prendront pas soin, endommageant le son par la même occasion.

--LDVC@ 22 février 2011 à 10:23 (CET)

L_D_V_C@ LDVC@ 20110319.

2842ème visite